Un visage de l'Ardenne

Brumes

Brumes

Mai et juin se partagent les pluies, les averses et les orages.
Ce climat capricieux offre un décor et une atmosphère uniques. L'Ardenne déploie ses mystères dans les volutes de brumes qui succèdent à la pluie, les nuages se fondent avec la forêt, comme aspirés et la fagne disparaît dans un dégradé de gris... vers l'immensité invisible.

Un tout grand merci à Martin Dellicour ..

 

Il y a un jardin en nous plus profond et fabuleux que toutes les richesses, un jardin auquel nous revenons tous, peu ou prou, quand le sol sous nos pieds se délite, un jardin toujours vert où nos rêves vont puiser leurs sucs les plus doux, c’est l’enfance. Ce jardin-là, Paul Verlaine l’a établi très tôt dans les Ardennes, de part et d’autre de la frontière, où il ne cessera de revenir pour toucher à ses sources et s’y rafraîchir l’âme.

L'autre Verlaine de Guy Goffette 

Arduinna, déesse de la forêt

Arduenna / Arduinna - Nom gaulois des Ardennes qui nous est donné par Jules César. Le préfixe *ardu- signifiant "hauteur". Son nom actuel dérive directement de son ancien nom gaulois. J. Lacroix traduit le nom par la "hauteur pentue".

Jules César, La guerre des gaules, V, 3 : "[...] cachant dans la forêt des Ardennes [Arduenna silva], qui s'étend sur une immense étendue, au milieu du territoire des Trévires, [...]"

Arduinna est une divinité de la nature tout comme Artio et Epona, maîtresse de la forêt et des forces instinctives, mère des animaux et des plantes. Elle porte un habit de chasse et tient un carquois en bandoulière. Brandissant en outre une épée de la main droite, dans un geste propre à ceux qui entendent exercer la justice, elle chevauche un sanglier, l'un des totems les plus importants parmi les animaux des Celtes.

 

Arduinna

Bienvenue à toutes celles et ceux qui aiment la Nature, la paix, l'amour ... et donc la Vie.

Marchons en silence.... respirons, écoutons, regardons, soyons attentifs. Jouissons de l'instant présent en pleine conscience.

 

Portons le regard au loin de l'infiniment grand ou à nos pieds pour y découvrir l'infiniment petit, tout est dans tout ... l'univers s'organise en haut comme en bas, le cosmos et le microcosmos ... tout est relatif.

 

Dans mon souci de trouver un fil conducteur à nos balades dans le temps, dans l'espace, dans le coeur, une seule ambiance me revient à l'esprit : le "fil de l'eau" et plus précisément celle qui a marqué ma vie, notre Semois.

Img 5978 2

La Semois. Quel beau prétexte que se laisser couler langoureusement au gré de ses humeurs changeantes comme la vie, au gré des paysages époustouflants qu'elle a su dessiner au fil des siècles.

Nul n'a pu rester indifférent à son emprise, l'imaginaire atavique prend vite le dessus. Sa séduction est envoûtante. Sa grandeur nous accueille, nous protège. Tout en elle nous attire,  

Nous commencerons donc par nous fondre dans ce rythme, cette ambiance, pour découvrir et partager moult petites et grandes histoires, anecdotes, légendes du passé, en marchant dans l'instant présent tout imprégnés de cette langueur qui fait la personnalité de la Semois. 

Rendez-vous ICI

Merci d'être avec nous,

Philippe

 

Img 4244 copie